Pépinière sauvage – clap première !

On connaît tous (ou presque), l’année du chêne, l’année du sorbier, l’année de l’érable (2016 !!), etc. L’idée est à chaque fois de mettre à l’honneur une espèce d’arbre ou d’arbuste pour permettre de mieux la connaître et si possible d’inciter à l’adopter chez soi.
On connaît moins l’année de la plante verte. Bon d’accord, écrit comme cela, ce n’est pas très attirant et d’ailleurs à quoi bon décréter 2016 année du ficus par exemple ? Mais, par plante verte, on peut entendre plusieurs choses et notamment les espèces herbacées indigènes bien sûr ! Et c’est d’ailleurs exactement là que je veux vous emmener …

La flore indigène présente en Belgique comporte plus d’un millier d’espèces sauvages parmi lesquelles une majorité d’espèces herbacées. Ces plantes basses présentes naturellement chez nous sont largement méconnues. Elles recèlent pourtant de multiples atouts esthétiques, thérapeutiques, d’accueil de la faune, etc. Vertus dont on peut facilement profiter en leur ménageant une petite place dans un jardin, un parc d’entreprise, un espace vert, etc.

Je vous propose donc d’initier ce cycle d’année de la plante verte par l’année de la cardère velue (Dipsacus pilosus). Une plante vraiment étonnante bien moins connue et répandue que sa proche parente la cardère sauvage (Dipsacus fullonum), elle-même souvent confondue avec des chardons. Une plante que j’ai aussi la chance d’accueillir en abondance dans mon jardin.

Je me propose donc de participer à la diffusion de cette belle plante. Comment ? En vous proposant de devenir des « Ambassadeurs de la cardère ». Chaque ambassadeur :

  • recevra un plant de cardère velue à planter dans un espace choisi par lui (jardin, balcon, espace vert, etc.) selon les conseils donnés pour permettre à la plante de fleurir au mieux ;
  • bénéficiera d’une « assurance à la reprise » (inexistant en pépinière) lui permettant de remplacer jusqu’à deux fois un plant qui n’aurait pas démarré dans l’endroit choisi ;
  • aura le plaisir, en 2017, de découvrir la floraison et la vie sauvage qui grouille autour de cette belle plante ;
  • pourra échanger sur ses observations et le développement de « sa » cardère avec d’autres ambassadeurs ;
  • recevra, au cours de la saison, des informations détaillées sur cette espèce sous la forme de fiches illustrées ;
  • pourra collecter en fin de saison des graines sur sa propre plante de cardère afin d’aider à la survie et au développement de cette espèce chez lui et aux alentours (si possible dans 5 nouveaux endroits au minimum).

Les frais de participation à cette opération pilote sont fixés à 10 euros* par ambassadeur (à payer lorsque vous emportez la cardère) et l’objectif est de rassembler un réseau de 100 ambassadeurs** de la cardère velue pour booster la population de cette belle plante qui le mérite à plus d’un titre.

Les candidats ambassadeurs peuvent se manifester auprès de : info@natureinprogress.be.

* 10 euros HTVA, soit 10,60 euros TVAc.

** Par cohérence écologique (origine génétique des plants et déplacement des ambassadeurs), les ambassadeurs habiteront exclusivement en Belgique.

cardere-velue-godinne

29 Comments on “Pépinière sauvage – clap première !

  1. Bonjour,

    Belle initiative, j’ai planté des cardères l’an passé mais je crois que c’est une autre espèce. Elles fonts des grandes sphères allongées et étaient autrefois utilisées dans des décorations florales.

    Les votres ont l’air sphériques, donc je suis preneur, nous essayons de créer une petite réserve naturelle dans notre jardin ?

  2. Bonjour
    je suis partante pour participer !
    J’espère que cette espece s’accomode d’un terrain fort argileux.
    Près d’une mare naturelle ,serait ce indiqué ?
    Merci

    • Bonjour.
      Merci pour votre enthousiasme !
      Oui un bordure de mare devrait convenir et un terrain argileux n’est pas un gros souci à partir du moment où l’endroit conserve une certaine humidité.
      Michel

  3. Bonjour,
    Nous sommes intéressés également !
    Ca peut pousser dans les endroits plutôt ombragés?
    Super initiative en tout cas! Merci!
    Caroline

    • Bonjour,
      Oui, en effet, la cardère velue est une espèce qui supporte un certain ombrage, son milieu naturel étant la forêt alliviale (frêne, aulne et autres érables poussent alors au-dessus des cardères). Toutefois, il faut que celui-ci reste modéré si l’on souhaite voir la plante fleurir en abondance.
      Je vous envoie les informations pratiques pour devenir ambassadeur.
      Bonne journée,
      Michel

  4. Je participe
    Je compte la planter sur un terrain public « vierge » (terre de remblai) dont j’assure la gestion. Est-ce ok?

    • Salut Bernard,
      Oui, bien sûr, c’est possible mais il faudra juste assurer un minimum de suivi pour limiter la concurrence au début. A priori, moins facile que dans un jardin mais c’est certainement à tenter.
      Je t’envoie les infos pour la suite.

      Bien à toi,
      Michel

  5. Pingback: La cardère velue cherche des ambassadeurs en Belgique! | GreenPaperLa cardère velue cherche des ambassadeurs en Belgique!

  6. Avant de m’engager, j’aimerais connaitre les condoitions de culture de cette plante !
    est-elle « escargot-résistante » ?
    😉

    • Bonjour et merci pour votre intérêt. A priori, je dirais que la plante devrait résister aux escargots puisqu’il s’agit déjà d’un plant robuste âgé d’un an et apte à fleurir en 2017. Je n’ai d’ailleurs jamais observé de ravage par les escargots et/ou les limaces, nombreux par ici aussi !

  7. Salut Michel,
    Je suis partant ! Tu peux m’envoyer les infos.
    Par contre, cette plante n’est-elle pas limitée aux zones humides/fraîches et ombragées ? Je la rencontre souvent dans les plaines alluviales des cours d’eau que je suis. Elle m’impressionne toujours par sa vigueur et son développement parfois spectaculaire !

  8. Bonjour,
    Nou serions bien partant pour cette opération de la « cardère velue »… Nous ne savons pas si notre terrain lui permettra son épanouissement… Notre sol est un terrain de bruyère (y poussent bruyères, rhododendrons, azalées…) mais beaucoup d’autres plantes et légumes ne s’y plaisent pas du tout… en-dessous de quelques 30 cm de terre caillouteuse, c’est la roche… L’eau passe rapidement …
    Dites-nous ce que vous en pensez…et si nous pourrions accueillir cette cardère…et dans quelles conditions.
    Nous avons transféré votre proposition dans la famille et chez les amis qui pourraient être intéressés.

  9. Je suis partante aussi. Bonne idée. Moi aussi j’ai des cardères sauvages plein le jardin mais varions, varions.

  10. J’attend tes renseignements concernant les frais de participation . A bientôt

  11. Bonsoir Michel ; suite à ta publication sur la cardère velue , je me porte candidat en tant qu’ambassadeur de la cardère .

  12. Bonjour Michel, je suis également partante mais devrai d’abord préparer le bout de terrain que je compte réserver pour le laisser ‘sauvage’ et y planter/semer d’autres sortes de plantes vertes et autres couleurs. En temps voulu j’aurai bien besoin de tes conseils -:)
    Anne

    • Super, merci beaucoup pour ton engagement et ton soutien. Je t’apporte les infos rapidement !

  13. Bonjour ,

    Cette cardère est moins connue que la cardère sauvage appelée  » cabaret des oiseaux  » que je trouve plus spectaculaire et bien fréquentée aussi par les insectes.
    Pourquoi le choix de cette variété ? Peut – être moins exigeante au niveau du sol ?

    • Bonjour Francis. Oui la cardère sauvage est aussi très belle, elle est en effet très connue et bien plus répandue. Et c’est là le motif qui me pousse à mettre sa proche parente en avant. La cardère velue est aussi plus intéressante pour les insectes par l’accessibilité de la ressource et par sa durée impressionnante de floraison.

      • Super ! Voilà, je me suis inscrit et j’ attend avec impatience le suivi.

    • Justement, quelles sont ses préférences (sol, exposition …) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *