Fragments de pépite

Un paintball dans une sablière : un cadre naturel revendiqué et pourtant dévasté.

Notre territoire regorge de pépites. On les nomme SGIB pour « Site de Grand Intérêt Biologique ». Ce trésor naturel est menacé par une piraterie avide, multiforme et déstructurée mais pourtant sacrément efficace. Je me suis mis en tête de me faire le témoin de la barbarie de notre société envers la nature. Pour aider à la prise de conscience IMMEDIATE !

Méconnaître sa destination, n’empêche pas de ressentir le besoin urgent de se mettre en route … Voilà précisément mon état d’esprit dans le lancement de ce projet un peu fou. Nos pépites s’effritent ! Je ne peux pas rester un simple spectateur muselé de ce triste spectacle et je veux témoigner de ces évolutions massives causées par la négligence, la volonté de dominer et de maitriser la moindre parcelle, la recherche de profit facile aussi et avant tout par une conviction largement répandue que l’on peut disposer comme bon nous semble du moindre lopin fut-il naturel, arboré ou simplement en friche.

Pour cheminer dans ce projet, j’ai entamé la découverte systématique des SGIB. Chaque semaine, j’en sélectionne un et je prends le temps qu’il faut pour le découvrir. Quelques heures à une journée entière, si nécessaire j’y retourne en saison pour espérer croiser certaines espèces, toujours dans une recherche du dérangement minimal. Ce sont des joyaux naturels reconnus, c’est donc le cœur léger que je pars les arpenter. Je sillonne chaque site avec mon matériel photo et j’immortalise ses côtés positifs (espèces ou habitats observés, paysages, gestion, etc.) ainsi que les pressions auxquels il fait face. Là il y a de la diversité : remblai, dépôts sauvages, paintball, recolonisation spontanée, assèchement, mise en culture, etc. 
Ma démarche relève du « (r)éveil de conscience », à cheval entre une démarche esthétique et du journalisme environnemental si on veut. Je ne cherche pas forcément à y inventorier des espèces extraordinaires ou à dénoncer les acteurs ou les situations précises (même si des fois c’est difficile de rester spectateur) mais plutôt à fournir un témoignage éphémère sur l’état actuel de nos « pépites ». Car la plupart du temps, l’état de ces sites révèle avant tout la négligence complète dont ils font l’objet. Si ces habitats et ces espèces disparaissent dans ces milieux, c’est avant tout car on n’a pas mesuré l’importance de leur présence ou pour le dire plus platement « on s’en fout littéralement ». Les actes posés sont la démonstration qu’on souhaite avant tout y faire ce que l’on veut : avoir une poubelle à proximité, un terrain de jeu pour faire de la moto tranquille, une friche bonne à tout faire, … bref une page blanche à laquelle on peut donner n’importe quelle affectation/fonction en fonction d’un besoin quel qu’il soit…

Plus que de procès verbaux et de constats de destruction, on a besoin d’ouvrir les yeux sur ce que nous sommes occupés à faire disparaître. Arrêter la machine pour entendre le chant des oiseaux qui bon gré mal gré s’accommodent du peu de place qu’on leur laisse. Ca se passe là, juste à côté, au coin de la rue ou au bout du chemin, là où l’on a pris l’habitude de ne plus regarder …

Je pense que ce travail est utile car la situation sur le terrain est souvent révoltante et dans le même temps, il existe nombre de contextes réversibles malgré tout … mais jusqu’à quand ? Cette révolte m’anime profondément.
Actuellement, je cherche des opportunités pour valoriser ce travail et pour le dire platement aussi, à trouver une rémunération pour pouvoir y consacrer du temps sereinement. Toutes les suggestions sont les bienvenues. 

J’ai déjà un projet d’expo en tête sur ce thème pour l’automne, il ne reste qu’à se mettre en route. 

 

Un ruisseau encore bien naturel qui résiste comme il peut aux appropriations, aux déchets, aux clôtures, aux plantations, aux consolidations de berge artisanales … Mais, ici aussi les regards sont lointains ou distraits. Ici aussi, on dispose de la nature à sa guise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!